Coronavirus : aide ponctuelle aux Français en difficulté résidant à l’étranger

A l’instar de l’aide exceptionnelle de solidarité versée aux foyers les plus modestes en France, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a décidé la mise en place d’un dispositif d’aide sociale aux Français résidant à l’étranger en difficulté, en raison de l’épidémie du Covid-19.

Ce « secours occasionnel de solidarité » sera attribué aux Français des Pays-Bas selon certains critères.
Le caractère ponctuel de l’aide a été abandonné. L’aide peut vous être versée à un rythme mensuel jusqu’à la fin de l’année 2020 (soit 4 versements), que vous en ayez déjà bénéficié ou pas. Les versements groupés ne sont pas autorisés. Les montants demeurent les mêmes.

Il est désormais possible de verser une aide exceptionnelle même si vous avez pu bénéficier d’aides locales.

Les justificatifs à produire sont les mêmes, mais seront nécessaires uniquement pour le premier mois d’aide. Pour les mois suivants, une simple attestation sur l’honneur suffira pour le versement de l’aide.

Les critères d’inscription au Registre et de perte de revenus en raison de la crise liée au coronavirus Covid-19 restent inchangés.

Si vous pensez être éligible à cette aide exceptionnelle – formulaire à remplir– contactez le service social du Consulat par courriel.

Ce secours occasionnel exceptionnel sera attribué aux ménages (même montant pour un couple ou pour une personne célibataire). Les montants que vous pourriez percevoir si vous répondez aux critères d’attribution sont :
– personne célibataire sans enfant : 176,53 €
– personne célibataire avec 1 enfant :176,53 € + 117,69 € = 294,22 €
– couple sans enfant : 176,53 €
– couple avec 1 enfant : 176,53 € + 117,69 € = 294,22 €


Le calcul de ces montants s’inspire des dispositions du communiqué gouvernemental du 15 avril, à savoir l’attribution d’une aide de 150 € par ménage et d’un supplément par enfant en charge de 100 €, aux ménages les plus démunis en France. Ces montants seront pondérés par les montants du taux de base fixé pour chaque poste diplomatique et consulaire, tels qu’ils ont été validés par la Commission permanente pour la protection sociale des Français de l’étranger le 13 mars dernier.